55 nuances

Enfin seuls. Le temps d'une  soirée,  d'une  nuit mais sans avoir de compte à rendre à  quiconque. L'un  avec l'autre, l'un  pour l'autre. Il a envie d'elle.  Il a envie de Muriel. Monsieur  prend soin d'elle, sans oublier de prendre  soin de Mu, Dan veille...
Rencontre en terrain neutre. Elle appréhende.  Jamais testé, jamais fait, jamais  joué réellement. Sortir  du contexte  guimauve  même  si Lui est 
conscient de tout ses sentiments qu'elle a  pour Dan, Monsieur les bride pour  mieux  les savourer sans réellement les lui avouer de son côté.
Une chambre d'hôtel. Deux  impératifs. Un lit à  barreaux et une large douche à l'italienne.
Elle découvre  les lieux.  En silence. Première consigne, elle ne doit pas dire un mot sans qu'il  ne le lui autorisé.  Elle sourit encore mais un peuangoissée. Il le sent. Elle recherche son regard. Erreur. .elle croise le sien. Froid et distant. 
Elle baisse  les yeux. Tétanisée.

 Il sourit. Ferme mais doux à la fois il lui prend la main  et la mène  près du lit. D'une voix douce, ferme et presque chuchotant il lui intime de le déshabiller. Elle, n'a bien entendu pas de sous vêtement. Juste une robe d'été pour seule protection. Il lui a intimé  dans l'ascenseur de les ôter 
puis les lui respectueusement  confiés.
Elle s'attaque  donc regard  baissé au déboutonnage  de la chemise. Un par un les boutons s'ouvrent et laisse apparaître  ce torse si bronzé et si...attirant qu'elle n'a pas le droit de toucher.  Elle lui ôte  les manches le laissant torse nu. Elle doit plier la chemise, puis s'attaque  tout 
aussi silencieusement au Jean.  Le bouton défait elle sent son érection  naissante.
Elle sait qu'il  ne porte rien dessous. Une Jambe  après  l'autre  elle  le laisse nu. Ses vêtements pliés, Monsieur  s'assoie au bort du lit.  Murielvient se poser devant  lui. Sans le toucher. Elle attend. Il la détaille. Lui prend la main puis brusquement le fait se mettre à ses genoux. Muriel  a le visage  non loin de son sexe dur et dressé.  D'une voix  tes douce mais métallique  il veut lui  baiser la bouche. Consciencieusement elle 
s'applique. Elle sait qu'elle  peut bien faire. Il accompagne juste  le mouvement tenant fermement la main dans ses cheveux  et il n'est pas doux. Il veut qu'elle  pompe. Elle l'a au fond de la gorgé,  ignorants des hauts le cœur certains.
Le temps  de lui faire ôter sa robe qu'il  lui intime de venir s'empaler sur lui. Il l'attrape pas les hanches et s'enfonce d'un coup de rein au fond de son ventre.
Il  grogne de plaisir  tant  elle est déjà trempée. Il n'en revient toujours pas. Autant et si vite..un pur plaisir.

Elle grimace  de surprise  tant il s'enfonce  brutalement. Elle hoquète puis monte et descend au rythme  qu'il  lui impose lui tenant fermement  les 
hanches. Elle sent ses mains sur ses hanches la tenant tel un fourreau  sur ton sexe tendu.
Il la soulève et ralenti. Son gland vient se frotter entre les fesses. Il appui doucement contre son anus. . Il la sent se tendre, se raidir. D'une  
caresse sur le dos il tente de la calmer...il la sait craintive et peu habituée  à  cette entrée  dérobée.
Elle a entièrement  confiance en Monsieur.  Elle met son corps entre ses mains. Son cœur et son âme  il la déjà.  
Il va assouplir  ce côté  obscur, la faire s'ouvrir d'elle même, il lui intime de se mettre à plat ventre. Il a placé un coussin, qu'elle positionne 
sous son ventre pour avoir les fesses surélevées. 
Les jambes écartées elle ferme les yeux inquiète mais excitée.  Il va chercher des ficelles et un par un lui prend les poignets et les lient au 
baldaquin. Puis 
Lui pose un bandeau sur les yeux  elle pense que le "jeu " se corse. Elle respire bruyamment.  Elle ne voit donc plus ce qui se passe devant se fier 
uniquement à  son ressenti tactile et intérieur. Elle l'entend  se déplacer dans la pièce et poser des objets  non loin d'elle...
Elle le sens non loin. Elle  entend sa respiration. Doucement  il caresse son dos avec un objet inconnu. Elle ne sent  qu'une  petite surface. Comme 
au bout d'une baguette. Elle pense alors à une cravache.

 

Elle croit que c'est une cravache, l’odeur du cuir lui arrive aux narines qd la cravache passe sur ses épaules. Elle tremble. Peur et exaltation 
mêlées. Toujours cette crainte de l'inconnue  et de la douleur. Mais sa vie, son corps entre ses mains elle a mis. Sans réserve et sans regret. 
Il est agenouillé entre ses cuisses qu'elles  à largement écarter. Cul offert, fesses cambrées.
Clac fait le premier  coup. La cravache à cinglé  l'air pour atterrir brièvement sur sa fesse. Surprise elle lâche un cri viens vite réprimé par un 
ordre de silence.
La peur panique  l'envahit alors et les larmes montent. Mais Monsieur la  connaît et avait prévu cette réaction. De quelques  mots susurres à  son 
oreille et une caresse sur la fesse, elle se calme.  Il masse son fessier. L'embrasse  tendrement. Il passe doucement la cravache dans le sillon 
fessier.Très doucement. Elle se détend et là, le second coup tombe sur l'autre  fesse. Elle ne dit rien. La larme coule mais elle garde le silence. 
Entre coup de cravache alternent les baisers et caresses et paroles rassurantes. Et son fessier devient rose et zébré  et tendre.il s'ouvre comme une fleur. Elle se cambre sans effort  jambes largement ouvertes. Son sexe luisant traduit son plaisir. Elle ne frémit plus de douleur mais de désir.
La cravache posé non loin, elle en a l'odeur non loin. Monsieur prend une huile. Lui enduit les fesses qu'il masse avec dextérité. Sa main vient 
s'insérer  dans le sillon venant alors masser son petit trou.  Il  s'assouplit comme se familiarisent avec l'envahisseur. Monsieur  y glisse un doigt lubrifié  qu'il fait aller et venir. Remise le fessier et alterne jusqu'au  moment où   cul offert ...il peut y glisser deux  doigts...il le lève  
alors et Muriel toujours  yeux bandés reçoit  l'offrande du sexe dans sa bouche.  Elle le sucre du mieux qu'elle peut ainsi entravé. Il est bref. Maisil est gonflé  dur tendu...et elle sait la suite.
Il  se retire de s bouche satisfait et vient reprendre sa place. D'une main de fer il ajusté sur fessier.  Vient appuyer son gland sur l'entrée  et 
doucement s'y  enfoncé.  Elle hoquète de surprise mais ne lâche rien. Elle attend la suite. Douleur ou plaisir.  Elle a les deux. Mais Monsieur  est 
si expert et prévenant pour sa première fois que le plaisir l'emporte  et elle s'ouvre alors  à lui et à son plaisir. Les va et vient s'affirment se 
prolongent. Il est au fond d'elle.  Il la possède totalement. Elle se sent  fière de lui appartenir ainsi. Il pose une main sur sa nuque et pilonner 
doucement puis s'oublie et avec force la sonorisé.  Elle si peu démonstrative se laisse aller et sent son plaisir  venir...elle va jouir. .mais en a 
t elle le droit. A ce moment là,  expert bien sûr lui, a senti, et lui dit de lui avec lui. C'est  alors un orgasme commun qui les secoue les balaie 
et les laisse pantelant.  
Doucement il la détache et lui masse les poignets et lui ôte son foulard des yeux.
La voilà  sur les dos. Les yeux clos elle souffle. Mais déjà il revient à l'assaut. Lui caressait les jambes remontant vers son entrejambe elle 
soupire. Il reprend ses mains. Elle le regarde les yeux écarquilles. Encore se dit-elle ? Visiblement oui. Les bras au dessus de la tête, point en un seul point la revoici à sa merci. Il vient jouer alors avec ses seins.  Il les titillé,  les pince, les lèche, les mord même. Elle ne sait plus si 
elle doit dire que ça fait mal ou que  c'est bon. Les deux sans doute mais l'effet est  immédiat et sans appel. Quand il bien fouiller son  ventre, un puis deux puis  trois doigts  viennent  se noyer en elle.  Elle ondulé gémit sous l'attaque.
Il se lève soudainement  et va chercher sans le sac qui l'accompagnait. Il en ressort des pinces et des boîtes de geisha. Les fameuses  dont ils ont
parlé. Elle en voit enfin de ses yeux. Sans la quitter  des yeux,  guettant sa réaction et sa tolérance à la douleur, il lui pose les pinces une à une sur ses tétons dressés. Elle gémit mais pas plus. Elle veut lui prouver qu'elle  peut, qu'elle le mérite. Il lui explique alors le fonctionnement.
Elle doit tout d'abord les humidifier en les suçant une à une.
Ce qu'elle s'applique à faire au mieux.  Il lui encarté les jambes et les lui enfile une à une. Impression excitante et pas désagréable  à vrai dire. Il revient s'agenouiller  à hauteur de son visage et lui tend son sexe à  sucer. Elle est dessous  lui, entravée sans possibilité de bouger ni de lui prendre le sexe en main. Elle fait donc au mieux et se débrouille fort bien vu sa réaction et ses gémissements de plaisir. Elle ondulé son corps et les  boîtes suivent le mouvement. Elle aime ça. Elle aime avaler le sexe de Monsieur, d'une habilité diabolique quand il s'apprête à jouir en elle. Il
 retire brusquement les boules et les pinces lui procurant  instantanément une jouissance jamais connue.
A nouveau libre de ses mouvements  elle s'assoie  au bort du grand lit et le regarde. Admirant sa beauté féline et brute. Ce qu'elle aime cet homme. 
Mais la rêverie  prend vite fin quand elle voit son regard. Pas romantique pour un sou. Déterminé et impératif.  Il lui intime d'aller  à la douche.  Intriguée mais obéissante et muette elle s'y rend.
Il sait ses contraintes physiques articulaires et pourtant il lui ordonne de s'agenouiller. Elle s'exécute. Douloureusement. Mais rien n'importe  à ce moment que d'obéir à Monsieur.
Agenouillée tête  baissée elle attend. Et là. Il vient la marquer. Marquer sa chose et son territoire tel un animal. Sur ses seins coule la douché dorée. Chaude. Odorante.  Ecœurante. Mais en silence elle subit ce geste de possession primaire et l'espace d'un instant en est fière et intérieurement 
elle sourit. 
A cet instant elle se dit qu'elle lui appartient  pour de bon. Il la relève et presque amoureusement  la lave la savonne la douche. A ce moment  là il lui prend le menton, lui fait relever la tête leur regard se croisent enfin. Un long baiser les réunit. Elle le lave à son tour. Une fois séchés ils vont s'allonger  qqn instants. Et dans les bras l'un  de l'autre.  Il lui dit à l'oreille.  Mu....je ...
Elle pleure là la Mu...Mais ceci ne sera pas  écrit ici. Juste imaginé et rêvé.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.