Brusquement, aimer

Je n’étais pas venue pour le voir

Néanmoins je gardais quelque espoir

Vendredi déjà il  m’avait laissé entrevoir

Que nous risquions d’annuler notre soir

 

Ce qui devait arriver arriva

Le matin du lundi, tôt, il annula

Il  ne fais que confirmer

La déception qui m’a frappée

 

Ni sourires les yeux dans les yeux

Ni baisers longs et fougueux

Pas plus de caresses tendres et appuyées

Que de massages tant affectionnés

 

Notre histoire s’était finie là

Son  cœur pour une autre s’était emballé

C’était la fin programmée

De notre histoire sensuelle sexualisée

 

Je n’étais que sa maîtresse

De corps et non d’esprit

Il  me l’avait pourtant dit

De cette fin il m’avait avertie

 

Et pourtant malgré ça j’avais mal

Je me sentais trahie, condamnée à l’oubli

Utilisée comme objet de plaisir

Quand libre était ton désir

 

Avec sincérité il me faisait l’amour

Sans jamais vraiment m’en donner

Il  le réservait pour une autre

Normale, bien faite et de son âge

 

J’étais la femme qu’on ne montrait pas

Qu’on aimait dans une chambre  d’hôtel

Dans la rue c’était une main qu’on ne tenait pas

En public, aux yeux des autres on ne se frôlait pas

 

Je connaissais moi aussi l’issue

De cette histoire dès le début

Sans savoir qu’au moment venu

Mon cœur, se briserait menu menu

 

Involontairement je m’étais attachée

A ce petit bout d’homme intimidé

Qui me faisait me sentir belle

Désirable et sensuelle

 

Je me sentais alors abandonnée

Jetée, usée, comme une vieille poupée

Je n’étais déjà plus qu’un souvenir lointain

Alors qu’encore mon cœur était chagrin

 

Mais que pouvais-je attendre

D’un jeune amant au cœur tendre

Qu’autre chose que du désir

De l’envie de donner du plaisir

 

Si son cœur libre était léger

Vierge de tout sentiment à mon égard

Alors ses mains étaient habiles

Et sa bouche était volubile

 

Il était soucieux de bien faire

D’apprendre à connaître

Un corps de femme mure

Et de satisfaire sa maîtresse

 

Ces rencontres sensuelles

Furent aussi des découvertes sexuelles

Cette année fut coquine

Cette année fut mutine

 

De brèves rencontres en nuits torrides

De baisers furieux en rapports fougueux

Mon amant me disait Adieu

Brusquement et pourtant ….

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.