Danser

J’imagine une soirée en discothèque entre copines, j’aime danser, j’aime onduler mes hanches même si elles sont enrobées…l’ambiance est très chaude ;  style salsa/zouk…là où la musique épouse les formes du corps, les pulsations du cœur, là ou la sensualité de chacun peut enfin être vu de tous sans pour autant tomber dans le vulgaire…Vous voyez ? Je continue.. Je pourrais même vous citer quelques morceaux bien précis tellement je vois, je vis la scène ; un petit « sexual healing » ; You should really know de shola ama&the pirates (écoutez le celui la…il vaut le détour…). Je danse sans chercher un homme du regard. Je ne suis pas là pour ça, initialement on dira….

Mais soudain mon bassin n’est plus seul, mes hanches sont accompagnées, deux mains se posent, douces et fermes à la fois. Un souffle me caresse le cou. Un peu tétanisée, j’ai un coté timide quand même ... mais envie de tenter mon coté sombre, je ne me retourne pas, je ne lève pas les mains posées sur moi, et je continue de danser, je mène la danse, il mène mon corps et l’accord se fait. .nous sommes en rythme, en cadence, collés l’un à l’autre, mes fesses se détendent,  se cambrent ; du coup il pousse son bassin vers moi et ma jupe plus que fine sent bien qu’il est tout contre moi…la foule est danse la musique est forte, son sexe gonfle entre mes fesses câlines.. je ne me suis toujours pas retourné et je suis trempée…je ne sais plus que faire pour me calmer, pour faire descendre la tension dans mon corps…  mais bien vite il faut que je prenne une solution, je m’enfuis donc vers les toilettes à la fin de la danse, seule le laissant sur la piste ; je ne doute pas un seul instant qu’il me suive,  et dans l’escalier une main saisit la mienne, je reconnais la sienne, je l’entraîne avec moi sans un regard pour personne ne pensant qu’à mon corps en ébullition. Nous nous enfermons bien vite à l’écart. La porte à peine fermée ma jupe est relevé d’une main tandis qu’une autre descend une braguette, le bruit me fait comprendre, ce bruit fait cambrer mes fesses, hausser les pieds et son souffle chaud retrouve mon cou alors que je sens son sexe venir en moi d’un coup bref et puissant ! un va et vient s’en suit, des mots crus jaillissent de sa bouche, j’aime sa voix rauque.. j’y réponds par des gémissements plus qu’expressifs. Son sexe est long, large et ferme et il n’en finit pas de me pilonner et j’aime ça…puis vient le moment où je sens son plaisir inonder mon ventre. La seule tendresse qu’il m’accorde c’est un baiser dans le cou avant de repartir comme une ombre me laissant là, repue, pantoise et trempée de son foutre…le temps de me refaire une beauté comme on dit et je repars danser comme si de rien n’était. Je ne connais pas son visage et ne sait si je vais le recroiser dans cette foule ; qu’importe le plaisir partagé fut bref, intense et consentant…

×