Emmène moi

Je suis entre deux eaux

J’ai le moral proche du  zéro

Ma tête sur l’oreiller est posée

Mon imagination me dit de me laisser aller

De laisser partir ses idées noires

 Je me vois descendant d’un train

Gare de Lyon un après-midi

Une tenue légère et confortable

Les ongles peints, l’esprit relâché

Au bout du quai un inconnu m’attend

Pas si inconnu que ça il m’apparaît

Mon cœur frappe dans ma poitrine

Serait-il là pour moi vous croyez ?

Je n’ose penser que je lui plait

Pourtant sa présence semble le prouver

Appuyé nonchalamment contre un poteau

Il semble guetter mon arrivée

J’ai ralenti le rythme tellement je tremble

Mes pas me portent sans le vouloir

Accroché à son regard je suis clouée

Pantalon de toile clair et chemisette entrouverte

Laissant apparaître une toison où mes doigts iraient bien se nicher

Chaussure de cuir souple et sourire carnassier

Il sait l’effet de surprise qu’il me fait

Mêlé de surprise et d’attirance à n’en point douter

Il sait déjà que je vais succomber

Voilà que j’arrive à sa hauteur

Malgré mes talons je suis encore petite

Sans un mot je pose ma valise à ses pieds

Et dans ses bras je me glisse tout doucement

Tout doucement, sans un mot il prend le temps

De m’embrasser dans le cou, respirant mon parfum

Cela me permet à mon niveau de sentir son odeur

Fauve et sensuel ses effluves me reviennent

Excitant et troublant mon inconnu m’a embrassé en douceur

Je relève enfin les yeux, mon cœur crève ma poitrine

Mon souffle devient court, mon regard se trouble

Un long baiser entre nous est enfin échangé

Toujours sans un mot tant l’envie est forte

Vers le train bleu, il va m’emmener

Ce décor belle époque

Pleins de désirs m’évoque

Un lieu propice au rêve et a l’amour

Si ce n’était ce manque d’intimité

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×