Ne m'en veux pas

 

 

Ne m’en veux pas de trop t’aimer

Ne m’en veux pas de tant t’aimer

Ne m’en veux pas de toujours t’aimer

Mes lendemains d’avec toi sont toujours trop

                            

Trop de bonheur de t’avoir vu

Trop de douleur d’avoir survécu

Trop de regrets de ne pas en vivre plus

Trop d’images de toi, de toi et moi

 

Ma douleur lancinante que tu laisses alors

Je la chéries je la garde au corps

Mes seins douloureux de tes doigts chéris

Ton regard dans le mien, larmes toutes dehors

 

Ce jeu quelque peu barbare de je t’aime fais moi mal

Je ne m’en lasse pas tant tu as d’emprise sur mon corps

Je me soumets avec délice à toutes sortes de sévices

Gentillets pour certaines, amoureusement tortueuses pour moi

 

Ces moments sont si doux et si forts

Ces moments où se mélangent nos corps

Où mon regard soutient le tien

Où ton sourire se noie dans mon regard

 

Ne m’en veux pas de t’écrire tout cela

Tu me connais il faut que ça sorte

Ainsi, de la sorte, pèle mêle

Pour qu’après, plus calme je puisse me remémorer

Ces moments où tu m’as aimé