Ode à lui

Que d’amour pour lui

Que de passions à chaque nuit

Que de tendresse depuis tant d’années

Que de confiance, de paroles données

 Je l’ai connu à vingt ans

Plus très innocente, mais si naïve encore

Il a cru en moi, l’innocent

Je pensais qu’il n’en voulait qu’à mon corps

Et non, il m’aimait d’un véritable amour

Du vrai grand amour qu’on ne vit qu’une fois

Qu’on ne donne pas à la femme d’un jour

Cette femme, sa promise, c’était moi

×