Rdv Métro

Nous décidons de nous retrouver devant une station de métro, non loin de chez toi, mais je t'ai déjà dit que je souhaitais papoter à l'extérieur ; déjà pour voir si le courant passe, si nous nous plaisons, ce genre de petits détails qui pourraient se révéler "gênants" si nous montons directement chez toi. Je te vois la première. Je vois un jeune homme aux longs cheveux, propre sur lui et le sourire aux lèvres tels que dans mon idée. Je me dis alors "il est pas mal, oui il est pas mal" ; je ne sais ce que tu penses de moi dans ce premier face à face mais la façon dont tu me détailles me laisse présager que tu as des pensées plus que positives. Me voilà tout près de toi maintenant.....le mélange tt jeune homme et femme mûre ferait jaser dans le quartier où tu vis donc c'est une bise sur chaque joue qui ponctue notre "bonjour». nous parvenons devant la porte vitrée de ton immeuble que tu ouvres galamment pour me faire rentrer, je te suis ne sachant à quel étage tu vis, et me voilà devant la porte ne sachant quelle attitude adopter. Tu me caresses la main me faisant comprendre que l'attente ne sera pas longue... Une fois la porte fermée, tu me "coinces" délicatement contre, pour te laisser aller à ton envie première, m'embrasser, timidement de premier abord, une main sur la hanche l'autre sur mon épaule, je ne peux m'échapper, je ne le désire pas non plus remarque, ma langue accepte avec plaisir la caresse de la tienne...tes mains survolent mon corps qui frémit. Tu sens mes seins se durcir sous la caresse et tu vas t’attarder quelque peu vers cette zone sensible pour faire pointer encore plus les tétons qui sortent de leur réserve. Sous le charme de tes baisers et de tes caresses je me laisse faire, je suis contre la porte, à ta merci et j’aime ça, à un certain moment même tu me prends les mains, au dessus de la tête, ton corps plaqué tout contre le mien et tu m’embrasses fougueusement, les seins écrasés je gémis de plaisir, nous sommes tellement collés l’un contre l’autre que je sens pointer ton désir, je te sens dur contre mon ventre et intérieurement je me sens flattée, je me sens belle et excitante à tes yeux…Tes mains lâchent les miennes sans que ta bouche ne se descelle de la mienne. Elles reprennent le ballet de caresses le long de mon corps, après s’être attardées sur mes seins, elles descendent peu à peu…..envoûtée par tes baisers je n’ose bouger. Tu caresses mes hanches larges et rebondies, mon ventre, et mes cuisses. Un frisson me parcourt tout à coup. Une main sur mes fesses, l’autre vient se glisser sous ma jupe. D’un geste assurée tu la faufile entre mes cuisses qui tout naturellement te font une place. J’avais choisi de tenter le diable en omettant de mettre une culotte, c’est donc cul nu que je suis sous ma jupe. Ta main vient donc à la rencontre de mon sexe lisse et accueillant. Il s’ouvre en corolle au contact doux et rassurant de tes doigts, je me cambre contre le mur duquel nous n’avons pas bougé tant nos baisers montent ne puissance et deviennent de plus en plus fougueux, voir furieux.. Je n’ai pas envie vraiment de faire l’amour là, contre ta porte d’entrée et te le susurre à l’oreille.. Tu me prends la main et m’entraîne vers ton canapé. Je m’y installe confortablement en te regardant te mettre à genoux entre mes jambes ; tes mains m’ont littéralement remonté la jupe sous les fesses. Nos lèvres se rejoignent  à nouveau pendant que tes mains repartent en exploration le long de mon corps, mes seins sont gonflés et tendus, sous la pression de tes doigts sous mes tétons je me liquéfie et tu le devines alors qu’une de tes mains vient elle-même vérifier…Voici mon chemisier ouvert, mon soutien gorge défait les seins à l’air, je n’ai rien vu venir même si je savais que ça devait arriver je dois dire, tes mains sont si habiles.. J’avoue que j’aime tant ces embrassades à rallonge, ces soupes de langue mi douce mi furieuses qui n’en finissent pas qu’elles me mettent dans tous mes états !Ta bouche rejoint un téton demandeur de succion tandis qu’une de tes mains se glisse à nouveau dans mon entrejambe qui s’offre à toi sans pudeur. Tout doucement tu viens titiller tour à tour grandes et petites lèvres en effleurant mon bouton que tu sens grossir à chaque passage de tes doigts et à chaque succion de ta bouche sur mes seins qui en redemandent…Mes mains quant à elles vont et viennent dans tes cheveux longs, caressent ton visage, te déshabillent peu à peu. Tu es maintenant torse nu contre moi. Je me laisse aller sur le dossier du canapé pour mieux m’offrir à tes lèvres ainsi qu’à tes doigts habiles. Ton regard accompagne tes mains quand tu ouvres grand mes cuisses pour apercevoir mon sexe luisant et complètement humide, je te vois passer ta langue sur tes lèvres, comme le loup prêt à dévorer sa proie. Je vois ton sourire, l’éclat de tes yeux pleins d’envie, et je m’offre encore plus volontiers, je me cambre, volontaire et envieuse des plaisirs que tu vas m’offrir et du plaisir que tu vas prendre toi aussi. Par touches successives et de plus en plus insistantes tu embrasses mon sexe trempée, mes mains caressent mes seins, les titillent, les pince, tirent les tétons fort fort fort. Tes mains bien calées sur mes hanches tu amènes mon bassin vers ton visage pour mieux t’imprégner des effluves qui se dégagent….ta langue vient maintenant pointer, elle lape peu à peu, tu me bois et m’inonde à la fois, plus tu lapes plus je me liquéfie, mon clitoris gonfle sous ta langue tourbillonnante et mes lèvres se gonflent pour éclore comme une fleur au printemps, qui éclot sous l’action du soleil, de sa douce chaleur. ton visage vient maintenant se caler complètement en moi, tout est un bel ensemble, le nez, la bouche, tout cela pour mon plaisir ; plaisir qui de tout évidence est partagé au concert commun de nos gémissements. Une de mes mains quittent mes seins pour prendre la tienne, j’aime croiser mes doigts dans les tiens pour t’assurer de mon plaisir, puis je prends cette même main pour l’entraîner sur mon sexe, dans mon sexe, dans mon antre d’où fuit un flot de cyprin…tu comprends mon souhait, mon envie, et tu exultes et t’exécutes bien volontiers. Te voilà à jongler entre ta langue, tu mordilles mes lèvres détrempées, et un à un tu fais un habile va-et-vient avec tes doigts, tu t’ébahis de me « sentir » si large, si accueillante et si trempée, tes doigts glissent tous seuls, sont comme aspirés par mon ventre qui les rejettent pour mieux les retrouver engloutis en lui. Tu as maintenant ta main presque entière en moi, mon bassin entame avec frénésie cette danse qui consiste à m’empaler sur ta main qui va et vient et m’arrache des gémissements de plus en plus fort. C’est à ce moment là que tu choisis pour m’allonger sur le canapé, je sens un manque entre mes jambes mais je suis vite distraite par tes mains qui défont ton ceinturon et laisse tomber au sol ton jean. Tu t’approches de moi et je m’empare de ton boxer pour vite te l’enlever et laisser respirer cet oiseau qui ne demande qu’à me chanter à air doux à mes oreilles…J’écarquille les yeux devant la vision qui s’offre à moi. Quel beau sexe bien tendu, bien dur et bien gonflé, j’en salive et le regard que tu poses sur moi montre bien que tu as compris mon envie. Ton canapé est assez grand pour nous accueillir tête bêche. Tes mains prennent mes lourdes cuisses à pleine main tandis que ma bouche attendre l’offrande que tu me tends si fièrement. Par coup de langue successif, j’enveloppe le gland de ma salive avant de l’avaler peu à peu, tu l’enfonces dans ma gorge….plus tu t’enfonces plus ton visage se colle à ma chatte trempée. Commence alors un long, un lent, un profond va et vient un long 69 comme je les aime ; tu ne laisses rien, tu lèches tout, quant à moi j’ai la bouche pleine, bien remplie j’aime ton goût, j’aime ton odeur, j’aime la sensation de t’avoir en moi par le haut et par le bas…tu lèves ta langue pour y glisser tes doigts, un flot s’écoule de moi, ta mains s’y glisse bien volontiers en juste mesure de ton sexe dont j’avale la hampe. Je l’ôte de ma bouche, passe la langue le long de haut en bas et de bas en haut pour mieux l’engloutir à nouveau, cela t’arrache un cri  de plaisir et de surprise mêlé. Le plaisir que nous nous faisons mutuellement n’en finit plus d’enfler, et va sous peu nous submerger, je me laisse totalement allée. Tu as un instant d’hésitation qui ne dure qu’un instant vraiment, car je devine ton interrogation, vais-je avaler ? mais tu sens mes deux mains se plaquer sur ton fessier ferme et t’enfoncer au fond de ma gorge, ce qui équivaut pour toi à un laisser-passer total….Je suspends quelques instants plus tard ma délicieuse fellation pour mieux jouir sous ta langue sous tes doigts, sous ta main et t’offrir ainsi bouche libre mon cri de jouissance ; j’ai cependant gardé ton sexe en main tout contre mon visage ; mon plaisir s’accompagne d’un flot ininterrompu de liquide que frénétiquement tu lèches alors que je me remets consciencieusement, amoureusement, fébrilement à te sucer. Ma pression devient de plus en plus forte, ma langue presse de plus en plus ton gland gonflé et prêt à exploser dans ma bouche…je me laisse alors aller à une ultime succion dont j’ai le secret qui t’achève littéralement et qui fait jaillir dans mon bouche un flot de sperme chaud que j’avale avec un si grand plaisir.. Tu as eu un grand frisson tel le plaisir fut grand et tes soupirs de satisfaction en dit long….et nous nous allongeons un moment l’un contre l’autre pour reprendre notre souffle et échanger quelques douces paroles.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×